Quand les divas affrontent un mythe…

La semaine dernière, notre jeannot national qui officie en tant qu’impressario de l’équipe Région M, a  reçut un  message du CPB (Cercle des Pointus Bedonnant). Ça disait en résumé :

Bon les gars samedi on dit au revoir à Régis alors essayez de venir avec une équipe pas trop bancale svp.

Bon là quand même ça faisait réfléchir…. On a tellement la répute de venir à l’arrache que maintenant c’est nos adversaires qui nous demandent de venir un peu au complet…. De prime abords on pourrait voir tout cela comme de la chambre mais que nenni, il y avait dans cette démarche une envie d’offrir à leur Régis un match digne de ce nom…. Donc ils ont voulu s’assurer qu’on vienne dans de bonne conditions pour rendre hommage à leur mythe. Pour ce qui est des mythes à Saint Grégoire, mis à part dans le carton à vieux maillots cf figure 1 (au fond du local de rangement de la rico)on est pas très servi.

Fiston promenant sa grosse mite le dimanche après son gigot dominical.

Figure.1 Fiston promenant sa grosse mite le dimanche après son gigot dominical.

Bon certes à saint Greg plus de mites que de mythes vivants du volley Breton, mais peut-importe tout ça, car chez nous on a mieux que ça encore : on a des Divas…..

He oui les gars, ça vous la coupe hein !!!! La Région M au VBG, c’est un repaire de divas, c’est-à-dire de personnes éminentes dans leurs domaines, de célébrités… dixit le Larousse. Alors ces cantatrices un peu extravagantes du volley vous les connaissez toutes.

On a tout d’abords Gloria Gwendalia Gainor rendue immortelle par son tube

I will survive… a week-end at Thorigné

C’est là qu’un 12 juillet 1998 elle a marqué tant de point dans nos cœurs et notre inconscient collectif (et qu’au passage aussi elle en a perdu quelques un sur son permis). Même si son physique a pu évoluer avec le temps, son jeu et son talent sont restés intacts à nos yeux, elle fait toujours autant d’effet. Quand elle arrive sur un terrain le public lui est toujours acquis, on ne pourra jamais lui enlever ça.

On compte aussi dans nos rangs une grande dame du volley Whitney Gregoria Houston, magnifique esthète à la technique si pure qu’elle peut jouer tous les registres. Enfin bon, malgré un talent certain à la passe, elle exige souvent de jouer à la pointe ou en quatre. C’est un peu comme si Eric Clapton acceptait de jouer dans votre groupe mais seulement du triangle, c’est un peu gâché mais bon passons…. C’est aussi ça une diva, de temps en temps on peut être étonné par leur comportement et leur demandes… hors normes.

Dans un autre registre, il faut aussi rendre hommage à Amy Crackou Winehouse, un superbe jeu de jambe, une patte gauche formidable, un caractère magique, et surtout un aplomb à  faire rougir un légionnaire. Certes il faut composer avec ses absences et son léger penchant pour la bouteille mais quand elle nous fait l’honneur de venir à jeun, c’est un spectacle hors du commun et un plaisir incommensurable de jouer avec elle.

La dernière de nos Divas est aussi selon moi, la plus magnifique. C’est la grande dame du volley grégorien. Une classe sans commune mesure, un talent hors norme, un jeu qui bien que pouvant apparaitre simpliste a priori est d’une pureté absolue. Vous l’avez tous reconnu, je veux parler de Dona Olivia Rocky Summer. Elle joue toujours juste, elle ne pollue pas ses prestations de fioritures type bidouilles ou autre demis molles. Elle joue sur trois octaves parfaitement maîtrisés, la grande ligne, la petite diag et pour tout le reste la manchette….. Je me souviens l’avoir vu durant certains de ses spectacles enchainer sans aucune variation plus de cinquante petite diags à la suite sans aucune variation. Ennuyeux me direz-vous… absolument pas au contraire !!! Quand on vit cette expérience je vous assure … « you feel love !!!...». Tout chez elle n’est que classe absolue, même quand elle triche, joue l’intox ou gratte des points, c’est fait avec une prestance royale.

Mais voilà revenons au sujet qui nous intéresse, en l’occurrence ce fameux match de gala. Pour fêter le départ de leur star locale ils lui ont donc organisé un « jubilé ». Bon il faut préciser qu’étymologiquement parlant un jubilé est sensé fêter cinquante années de services mais bon… ne chipotons pas…. Il n’est pas rare de voir des sportifs faire leurs adieux et l’année d’après …. Enfin vous voyez quoi…Comme l’a si bien chanté Balavoine (cf Figure 2 pour ceux qui sont un peu jeune…)


Je f'rai pleurer mes yeux
Je ferai mes adieux

Et puis l'année d'après
Je recommencerai
Et puis l'année d'après
Je recommencerai
Je me prostituerai
Pour la postérité  

 Daniel Balavoine forever

Figure. 2 Daniel Balavoine forever

Bon à saint Grégoire on ne peut pas trop raller la dessus puisque notre président nous la joue Charles Aznavour depuis 10 ans, quand à Lolo le trésorier il nous promet à chaque entrainement que c’est le dernier comme Michel Sardou jure de ne plus retourner sur scène à chaque victoire de la gauche.

Mais ne médisons pas trop, à ma connaissance il s’agit bien du premier Jubilé du Régis donc il méritait surement une belle fête pour son engagement au CPB depuis si longtemps. Et de fait quand on est arrivé au vélodrome c’était bel et bien la kermesse : musique à fond, open bar et public dans tous les coins. C’est à peine si on remarqua notre arrivé, il fallut même se battre un peu pour pouvoir s’échauffer sur notre partie de terrain. Qu’importe à saint Greg les ambiances surchauffées on connait bien… bon surtout dans les vestiaires et seulement à cause du thermostat foireux de la rico mais bon bref passons ne nous fâchons pas avec les services de la mairie ….

Après un échauffement studieux que Jean estima avoir gagné sans contestation, nous nous réunîmes tous autours de notre bien aimé Fiston. Là il nous annonça sans fioriture qu’il ne se sentait pas capable d’assumer sa place :

Bon les gars je suis désolé, j’ai sorti maman au resto taleur et en fait j’ai un peu trop forcé sur les iles flottantes…. Kevin tu commences !

Le visage de Kevin s’illumina,  lui qui était habituellement tant raillé pour son penchant sur le whoopper, il devait ce soir sa titularisation à la seule gloutonnerie de son capitaine. Quelle magnifique clin d‘œil du destin ! Fiston un peu penaud donna quand même ses consignes à son aéropage de divas :

Bon les gars, ya une belle fête ce soir, nous on est les méchants et  ici ce n’est pas Hollywood ! Alors les gentils ne sont pas forcés de gagner….

Whitney Gregoria Houston rajouta que pour sa part elle ne trouvait pas encore le public assez bouillant pour daigner monter sur scène, alors pour le moment elle se contenterait juste de commenter les prestations de ses copines sur le banc. Moi j’ai plutôt pensé qu’elle était complètement défoncée aux amphétamines mais bon …. C’est des divas on peut rien leur dire…

Et c’est ainsi que la partie débuta, avec des divas top niveau, et notamment une Gloria Gwendalia Gainor (3G) des très grands jours. On la même vu faire deux défenses corses c’est vous dire ! Elle qui avait exigé quelques mois plus tôt d’être exemptée de défense, au motif que ce n’était pas un boulot pour une artiste de sa classe. A ce propos, j’ai eu le malheur de vendanger dans le fil une défense de la star, je vous raconte pas comment madame m’a pouillé, et Grégoria Houston en rajoutais depuis son banc….. Bref sinon pour ce qui est du premier set on est arrivé un peu en retard dans le money time mais dans les derniers point Fiston ayant fini sa digestion est rentré distribuer deux trois boites pour nous remettre dans le coup et le Jeannot a nonchalamment coller une équerre au mythe du CPB pour finir le set à notre profit.

Gloria Gwendalia Gainor alias 3G

Figure.  3 Gloria Gwendalia Gainor alias 3G

Dans les deuxième et troisième sets on a maîtrisé le jeu avec là encore une grande Gloria Gwendalia et une Dona Olivia Summer stratosphérique. Au fur et à mesures des points qu’on engrangeait on voyait la salle se vider et les derniers spectateurs s’agglutiner à la buvette pour digérer le spectacle. Whitney ne voulait toujours pas rentrer sur scène au motif qu’elle était mieux backstage et que maintenant elle ne voulait pas se produire devant si peu de public…On finit sur une belle série de services du Jeannot, notamment sur la première balle de match, avec un service puissamment smaché magnifiquement exécuté et  aussi impeccablement réceptionné…. Pfff !!! Mais bon la deuxième balle de match fut la bonne. On fêta la victoire tout en retenu et là… je m’attardai discrètement sur Dona qui restait pensive devant le spectacle de ce mythe quittant la scène sur une défaite…. Que pouvait-elle bien se dire à ce moment ? Pensait elle aussi à sa retraite ? Elle est comme ça Dona, un peu mystérieuse, elle retrouva après le match une de ses fans qui lui assura qu’elle n’avait pas vieilli, qu’elle avait toujours le jump de ses 20 ans, Dona fit semblant d’y croire. Mais au fond d’elle, elle voyait bien qu’un jour aussi on lui organiserait un jubilé et que pour la remercier de tout le rêve qu’elle nous avait offert durant toutes ces années on la ferait jouer en Sous Régionale contre la Bazouge du Désert… et que ça se finirait peut être même ben par une fessé !!!!

3 Replies to “Quand les divas affrontent un mythe…”

  1. Arf arf arf, trop top la photo !!!!
    Celle de Gloria, bien sûr !!!
    En tout cas, on aimerait pas être dans ta tête, Baron, y doit s’en passer des choses là-haut !!!
    Et encore elle est refroidie en permanence… T’imagine avec des chveux…
    C’est Withney qui t’a filé quelques pilules avant la rédaction ???
    Grand bravo !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.